Chargement

Roxane Putontheredlight

Suivez nous sur :

Avec un prénom pareil, j’ai très vite été mise dans le bain. Le culot de mes parents aura payé : Maman , je suis chroniqueuse sur Le Sac à Son!

Sur les bancs de l’école

J’ai rencontré Thomas au Collège avec Aina, quand lui n’était pas encore un Aigle Guerrier fougueux et autant dire qu’à l’époque c’était l’anamour.

Délégués dans la même classe au lycée, lui, avocat des bons à rien, moi justicière des travailleurs… un vrai clash ! Finalement, on s’est trouvé un terrain d’entente et une forte amitié est née à travers la musique et les groupes de notre bahut. Biberonnée au punk des Clash, à la new-wave des Cure, au rock des Creedence, j’ai pris d’assaut la radio du lycée entre midi et deux. D’abord pour déconner avec mes potes, ça s’est transformé en une véritable passion. J’avalais tous styles de musique, avec une prédilection pour les lives de Radiohead, la folie de Eels, l’engagement avec la Ruda Salska, les textes cinglants d’NTM et l’électro planante de Laurent Garnier… big up au trafic de cds gravés à la sortie des cours.

Les invincibles

Post-bac, on a commencé à faire la tournée des bars et des concerts… Les soirées déglingues au Rockstore s’enchaînaient : Asian Dub Fondation, TTC, le Peuple de l’Herbe, Amon Tobin… On était survolté au Zénith avec Chemical Brothers; on enquillait l’Electromind Festival et le FISE quand il était encore à Grammont; les afters post I Love Techno; les slams interminables sur Babylon Circus ou au Festival Des Fanfares; des soirées improvisées au p’tit punch chez des gens croisés dans la rue; des balades nocturnes sur des airs d’accordéons… On était invincible, insatiable, infatigable.

Vivre à fond


Les études et boulots m’ont conduite à bouger un peu partout en France et à l’étranger. J’y ai découvert un de mes plus gros Guilty Pleasure: faire des concerts seule. Ghostface Killah était le premier d’une longue série.Ça m’a permis d’apprendre ce truc hyper important : si tu perds tes potes en concert, ne passe pas 1h à les chercher, profite. Depuis à chaque festival je perds un peu tout le monde le temps d’une heure, d’un groupe et vivre ma petite aventure en solo.

Notre histoire et notre amitié s’écrit au passé, au présent et aussi au futur. Grâce à Aina, j’ai rencontré le reste de la bande (Jérôme et Lëa). Ils m’ont inspirés et motivés aussi à découvrir toujours plus d’artistes et à m’ouvrir à toutes les formes de musique.

Mon rôle dans le webzine

Playlist YouTube

Ecrit par :

Roxane Puthontheredlight / J’aime chiner les pépites dans les 1ères parties et les petits festivals underground. Toujours au taquet sur le dancefloor, on me trouve la plupart du temps devant la scène.
Chroniqueuse de charme pour les Sunday Morning et les lives reports.