Webzine musical sans frontière

M’accordez vous cette danse

By Alice Mnt

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


La Playlist YouTube

Playlist Spotify ou Deezer en cliquant sur le pictogramme :



Temps de lecture : 3 min

« Il faut une grande musique en soi si l’on veut faire danser la vie ».

Nietzsche

Alors j’ai décidé de mettre tout plein de musique en moi pour faire danser la vie tout le temps. Pas musicienne ? Pas grave, le corps sera mon instrument… Depuis ça glisse (Franky Vincent forever), ça groove, ça swing, ça vibre, ça valse, ça jump, ça tourbillonne, ça fait des grands écarts de style en style, des grands jetés de pays en pays. Je nourris le corps et l’esprit. Mais comment choisir 20 sons pour ma playlist sur lesquels j’aime danser puisque j’aime danser sur quasiment tout. Un beau bourbier. Pire fil rouge que d’avoir choisi le thème de la danse. Jusqu’à ce que ça claquette dans ma tête.

Et bim ! Le flash « soundclash » ! Ma sélection sera une éviDanse. Il y aura donc le mot danse en référence. Mais puisque les silences se dansent aussi, il n’y aura pas que du Dancefloor dans cette chorégraphie. Allez stop, assez de blabla et d’entrechats, plus qu’une question à laquelle je pense : M’accordez-vous cette danse ?

Échauffement

Petite mise en jambes avec Leo Sayer parce que c’est le genre de son qui te fait gigoter les orteils au réveil. On clame ensuite son IndépenDanse sous la douche en déhanchant franchement et fraichement sur Kalabrese. On a même le droit de transpirer, suffit de se re-savonner. Et puis vient la tentation de se re-glisser dans les draps. De se rappeler ses rêves le temps d’une confiDanse sous l’oreiller chuchoté par Ernest Gonzales.

Mais faut se moover là ! A 3,05mn LCD Soundsytem te laisse pas le choix. Tout est question d’attitude, c’est ce que tu te dis devant le miroir en t’imaginant déjà sur le dancefloor de ce soir. (C’est le moment où tu crois vraiment très fort que tu sais faire du voguing mais c’est surtout du hair voguing , d’autant que tu as surtout réussi à te décoiffer). En tout cas c’est bon t’es prêt pour affronter le monde, les gens, les méchants et la Atifa Dance d’Anna Tijoux.

Dirty Dancing

Après le combat et l’effort. Matin, midi ou soir, s’il y a bien une danse à se prescrire tous les jours, c’est la danse de l’amour alors on ne lésine pas, on isole bien le bassin et on travaille son va et vient. Mais après l’amour vient parfois un vice. La smoke dance. Alors on se laisse entrainer et enfumer nonchalamment par Theophilus London.
Et puis on sort, ça gronde dehors, mais la vie « c’est pas d’attendre que les orages passent c’est d’apprendre à danser sous la pluie » , Sénèque et Gene Kelly nous l’avaient bien dit. Alors on saute dans les flaques et dans le flow jazzy et tranquille de Blu.

Dans ta vie

Je vous repose la question et réitère mon invitation sur une ritournelle de transition. Qui te transporte dans le temps et te dépose direct dans les bras de Louis Armstrong, tu n’as plus qu’à te laisser aller. Mais ça t’émeut un peu alors Dança ma mi criola, tu danses mais tu pleures sur les notes de Toy Vieira.
C’est le moment où pour sécher les larmes, il nous faut une danse de la joie et qui dit Joie dit: « Cuuuuuumbiiiiiia » ! (Une des premières chanson de cumbia que j’ai entendu et depuis mon cœur bat à ce rythme là). Le sourire est de retour, personne autour. L’instant parfait pour se chauffer avec une impro en solo sur rythme latino, Yo Bailo Sola et ça ne regarde que toi !

Murder on the dance floor

Ça ne regardait que toi, mais là… Des gens commencent à te regarder, alors l’œil vif et le corps endiablé tu leurs réponds sans hésiter : « Watch me dance » ! Avant de lâcher ton fameux déhanché (en dédicace à l’Aigle guerrier). L’heure de vérité a sonné, le dancefloor t’a appelé , Tru Dancing peut résonner. Tu n’y peux rien, tu ne maîtrises plus. C’est ce groove « will make you move » qui t’a emporté !
Dans peu de temps, tu vas trouver ton point (ES)G de la Dance et rien ne pourra plus t’arrêter.

Dernière danse

Vient le moment où un truc te ralentit. Les quelques verres de trop entre deux impros. Mais même en mode désarticulé de fin de soirée, le Drunk Dancer en toi est toujours là.

Et puis sous la lune, tard dans la nuit, l’électro organique de Nicola Cruz te rappelle à la terre pour une dernière (transcen)danse. Tu as alors une Loving vision ou nous Dansions tous ivres dans le futur…

Please follow and like us: