Chargement

Chorus Festival Express in Paris

Vendredi 5 avril, je pars direction la Seine musicale de Boulogne Billancourt pour la 31ème édition du Chorus Festival. La prog de ce soir me laisse rêveuse : 2 many Djs/ Tricky et Fatboy slim!

J’ai connu ce festival seulement l’an dernier. L’année dernière lors des 30 ans, ils nous ont offert des moments magiques avec Ntm, Gaël Faye, Aaron Cohen, Vitalic, les Bloody Beetroots et je me rappelle aussi de Tsegue sous la pluie (même pas peur!)

L’ambiance est détente, au bord de l’eau, des installs de bouffes et boissons partout, des toilettes où on fait quasi jamais la queue tellement y’en a (les filles c’est un gros critère on va pas se mentir!) donc super positif.

Pour la qualité des groupes, du lieu et de l’orga, on vous conseille de faire le Chorus Festival. Pour 25-30 balles la soirée, c’est encore abordable ! Et vu la prog de cette année…On hésite même pas !

Un quart d’heure intense

Le duo belge composé des frères Stephen et David Dewaele n’est plus à présenter: 2 Many Djs. Membres fondateur de Soulwax ils déchirent la scène électro rock depuis les années 2000.

20h30 : 2 many Djs jouent dejà depuis 45mn et il reste que 15 minutes de show. L’accueil est plutôt sympa sur un petit Boney M « Ma baker » suivi de Kink« Perth » sur un sample de Technotronic-« Pump up the Jam ». Ils ont cette facilité d’assembler des titres auxquels on aurait jamais pensé.

Kink :

Ils enchainent sur un Max Roméo-« Chase the devil » pour basculer dans l’hommage vibrant à Prodigy et leur version techno des années 90. En un quart d’heure les mecs ont fait le taf, j’ai la banane et le reste de la soirée s’annonce explosif.

20h46 : Fin du concert. Le festival comporte 4 scènes différentes. Le truc relou, c’est qu’on peut pas rentrer avec les bières dans 2 des salles et je rate Oktober Lieber, la nouvelle coqueluche électro indus/ minimal des dancefloors parisiens qui ont gagné cette année le Prix Chorus 2019 (Bravo les filles!). Oubliez pas ce nom, on entendra encore parler d’elles.

Oktober lieber:

A l’extérieur sur la scène Parvis, l’artiste Glitter qui surfe sur la vague électro orientale bien connue depuis quelques temps grâce à Acid Arab ou Omar Souleyman est en plein set ! Mes potes m’agrippent quelques mètres plus loin et là boom on se croirait sur les docks!

2 conteneurs vitrés d’environ 12m3 face à face se sont transformés en discomobile (avec même une queue et un vigile à l’entrée ouais!) .

Un côté balance du Sean Paul, l’autre c’est plutôt électro minimal. Mais y’a trop de spots pour faire la fête ici! C’est fou! Bonne Ambiance au Chorus festival !

Déception massive

21h45 : Je vous dis pas à quel point j’attendais ce moment, ayant vu Massive Attack en février pour le Mezzanine Tour avec Horace Andy et Elisabeth Fraser des Cocteau Twins, j’avais été déçu de ne pas le voir au rendez-vous.

Depuis 3 minutes Tricky, nous tourne le dos et chante à peine « Here my dear ». Il a l’air d’être dans un état second, il pète carrément un micro. En urgence, Marta Zlakowska, d’origine polonaise et membre du groupe de Tricky depuis quelques années intervient et nous envoie « The only way » du nouvel de l’album Ununiform en solo.

22h02 : Elle assure toujours le concert au côté d’un Tricky perdu qui passe son temps à tendre ses mains au ciel et se prendre la tête (les enfants on le dira jamais assez, la drogue c’est mal). Le concert s’arrête sans surprise et ils retournent tous en coulisses. 

Marta revient 5 minutes plus tard et commence « New stole » seule. Tricky arrive pour chanter en duo mais elle doit le maintenir, il commence à vouloir se désapper, il est 22h15, je me casse. Elle finira apparemment d’assurer le concert pour lui. Un mythe s’effondre.

Tricky feat Franscesca Belmonte :

Paris en feu total

23h50 : Après quelques bières pour me remettre de ce désastre musical absolu j’enchaîne sur Fatboy Slim. Et là Boooooooom

Accompagné de son Vj, il nous tape un « Eat sleep rave repeat remixé à la sauce Calvin Harris », les visus me mettent une claque. Une caméra fixée sur sa table retransmet sa tronche sur un écran géant.

Fatboy slim feat Beardyman-Eat Sleep Rave Repeat Calvin Harris remix :

Il nous balance un « Baby on fire » de Die Antwoord et pose son titre « Rockefeller skank », sort les klaxons de supporters de foot et les lazers à gogo. Mais quel âge à ce mec? 55 ans bordel! Faut que j’aille pisser mais le set est tellement classe que je préfère sauter encore plus fort plutôt que de rater une minute.

Il passe sur un set acid techno sur fond de « Push the tempo » et de Funk soul brother avec des anim de clowns sous Lsd. Il nous claque un Bubble butt de Major Lazer vs One more time de Daft Punk, Right here right now vs I see you baby de Groove Armada… Putain de génie musical! Il sait comment nous rendre fou.

Et c’est sur « Praise you » qu’il frole le devant de la scène, en saluant la foule et applaudissant son vj. Wooow merci d’être là, merci d’avoir rattrapper tout ça, le feu c’est la vie!

On fait l’bilan, calmement

2 many djs est toujours au top, Tricky je vous le déconseille (à moins qu’il parte en Rehab d’ici là) et Fatboy slim mérite toujours sa place de numéro uno sur la scène électro. Sur le trajet du retour, je mets à fond Gangster trippin’ qu’il n’a pas joué ce soir et reste avec le smile bloqué jusqu’au petit matin. 

L’année prochaine, c’est blindpass direct! Avec une telle qualité musicale 2 ans de suite, jamais 2 sans 3!

Texte & Photo : Roxane