Webzine musical sans frontière

bannière du média/webzine Le Sac à Son

Patrick Watson, douceur d’Avril

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


Temps de lecture : 3 min

Le printemps est une saison propice au changement. Le soleil ravive en nous une motivation souvent mise en berne pendant l’hiver. On se dit que c’est le moment de repartir à zéro. De remettre du neuf dans nos vies, dans nos cœurs. On ne sait pas vraiment, comment on va s’y prendre pour donner du sens à nos mots, pour oublier nos maux. Cependant, on va se donner les moyens et le temps de (re)construire cet idéal. Il sera peut-être bancal au début, on va surement se casser la gueule, trébucher sur des histoires. Mais quoi qu’il advienne même si on tangue, même si on arrive pas à ce que l’on espérait, on sera heureux d’avoir caressé notre rêve du bout des doigts.

Comme le chante si bien Gaël Faye : »Aux premières heures du jour tout est possible, Si l’on veut reprendre dès le début, redéfinir la règle du jeu.« 

On a envie de profiter de tout, de vous, des concerts & des festivals qui reprennent. On a besoin de voir nos ami.e.s, de faire de nouvelles rencontres, de nourrir nos souvenirs. Le monde est encore en convalescence et la situation sanitaire reste précaire mais on a envie de reprendre le contrôle de nos destins, ne plus subir, ne plus attendre, ne plus espérer…Juste vivre pleinement.

Et c’est l’artiste Patrick Watson qui nous accompagne dans cette révolution des émotions. Un musicien que nous connaissons bien et qui vient de sortir un sublime album.

Un artiste authentique

Ça fait maintenant quelques années que l’on suit Patrick Watson. À l’époque, on a été touché par sa sensibilité musicale et l’atmosphère feutrée de ses compositions. Et aujourd’hui encore, on continue de l’être. C’est un musicien authentique et attachant qui distille avec émotion sa musique. Originaire de Montréal, il est auteur-compositeur-interprète. Il a sorti son 1er album Just Another Ordinary Day, en 2003. C’est à partir de son 2éme album, Close To Paradise, que le chanteur rencontre un succès important. Depuis, le montréalais a fait du chemin en affinant sa musique et en enrichissant ses sonorités. Le nouvel album du québécois s’intitule Better in the Shade et c’est son 7ème album.

Photo prise sur Google – © Ilenia Tesoro

Better in the Shade, délicatesse musicale

L’album débute avec le morceau Better in The Shade en piano-voix. On est de suite plongé dans l’univers feutré et doux de Patrick Watson. C’est beau comme un arbre en floraison. Sa voix nous émeut toujours autant. Arrive dans le morceau les cordes qui renforcent la puissance des harmonies. On ressent une sincérité et une authenticité dans l’interprétation de ses chansons.

Height of the Feeling est le 2ème morceau de l’album. Il est en duo avec la chanteuse Ariel Engle aka La Force. De temps en temps, on entend une touche électronique mais subtile. C’est là, tout l’art du musicien. De savoir ajouter de synthés modulaires pour sublimer sa musique sans pour autant se perdre dans des effets sonores superflus. Cela amplifie la texture émotionnelle des chansons et agit comme un catalyseur qui finit par nous emporter dans un univers onirique. Ainsi, il s’en dégage une sensation à la fois douce et chaleureuse mais aussi une impression de mélancolie rêveuse. Le rythme et le son de la batterie sur ce morceau sont d’une finesse saisissante. Une délicatesse que l’on retrouve tout au long de l’opus.

Better in The Shade est composé de 7 titres. L’album est un peu plus court que ce que nous avions connu de l’artiste par le passé. C’est un choix du québecois qui explique que la façon dont les gens écoutent de la musique aujourd’hui a évolué. Toutefois, il trouve que cela donne la chance à un artiste aussi de lancer des albums plus souvent et de prendre plus de risques. Il trouve ça artistiquement plus intéressant que de faire un album tous les trois ans.

Le montréalais explique que les paroles ont été inspiré en partie par ses lectures et découvertes artistiques durant le confinement. Sa vision sur le monde de la musique et du spectacle a aussi beaucoup changé.

En cinq chansons et deux pièces instrumentales, même si on en aurait pris plus, Patrick Watson reste toujours aussi réconfortant et sa musique, aussi bienfaisante. On a choisi que 2 extraits de Better In the Shade pour vous laisser la surprise de la découverte.

Voyage au pays mélodieux de Watson

La carrière de Patrick Watson est riche et impressionnante de chansons. Son répertoire est captivant et surement que certain.e.s connaissent déjà bien ses morceaux mais pour ceux qui ont raté l’artiste, voilà quelques morceaux de lui à découvrir. Parfois, en live, en duo, en acoustique ou extrait de ses albums.

Patrick Watson est artiste authentique et sincère musicalement. Son dernier album nous le prouve encore une fois. Better in the Shade est d’une puissance et d’une justesse mélodique fantastique. Il nous pousse à l’introspection douce et bienveillante de nous-même. Le montréalais a le pouvoir incroyable et rare : celui de réveiller nos cœurs endormis.

Écrit par :

Aina dit l’aigleguerrier/ Rédacteur en chef- Chroniqueur : Ma vie est un Meltingpot de rencontres, d’univers différents. J’aime refaire le monde au comptoir des possibles, discuter philosophie jusqu’au crépuscule.

Please follow and like us:
Pin Share

One comment

Les commentaires sont fermés.