Webzine musical sans frontière

LEYYA, une perle musicale

Suivez nous sur :


Temps de lecture : 3 min

Soyons extraordinaires pour que nos vies ordinaires semblent bien plus grandes que nos illusions que nous traversons. Soyons réalistes pour que l’impossible devienne notre quotidien. Soyons allumés pour que nos rêves prennent forme dans ce monde bien trop endormi.

Noël approche et réveille en nous, ce vent de d’insouciance et de folie. Nous avons retrouvé ce feu qui nous brûle depuis que nous nous sommes revus avec l’équipe Sac à Son. L’amitié a ce pouvoir magique de nous requinquer, de nous redonner l’envie d’avancer et cette profonde volonté de croire en tout, de vivre une vie de magie. Alors, on souffle sur nos idéaux pour qu’ils se ravivent, pour qu’ils continuent de nous éclairer. Il faut le dire haut et fort, c’est aussi parce que vous êtes là, les Sacasonneu.r.se.s. Vous nous poussez à toujours continuer, avec vos encouragements, vos messages d’amitié. Et ça nous donne de la force. On a eu des hauts et des bas, mais que serait la vie sans ses contrastes.

Et pour terminer cette année, nous avons choisi de vous faire découvrir le duo LEYYA, une veritable perle mélodique.

Un duo made in Autriche

Il fait l’avouer, le duo Electro-Pop autrichien composé de Marco Kleebauer et Sophie Lindinge est passé sous nos radars. Nous ne les avons découverts que récemment avec leur titre »The paper« sorti en octobre 2020. Sur ce nouveau single, le groupe adopte une approche humoristique de leurs tourments intérieurs et se livre à une «auto-thérapie», mettant en évidence le vide qui a façonné cette année 2020 dans tous les domaines. Le morceau est assez simple mais efficace. Un gimmick de guitare acoustique sur un beat electro-pop et la voix de Sophie apportent une note de légèreté qui nous fait tant de bien aux oreilles et aux cœurs. Voilà un morceau frais et on en avait bien besoin ces temps-ci.

Un univers musical riche

En se plongeant dans l’univers du groupe, nous découvrons que le morceau « The paper » marque une transition pour le groupe, ou du moins un changement. Musicalement, Leyya met de côté les battements électroniques plus denses et des structures musicales plus complexes auxquels on est habitué et utilise à la place des sons plus acoustiques et plus dépouillés. La chanteuse s’en explique dans le Webzine LACN :

En tant que musicienne, on a souvent le sentiment d’avoir besoin de« se vendre », de créer quelque chose juste pour s’adapter et répondre aux attentes de quelqu’un. Avec cette chanson, nous avons réalisé que nous faisions tout cela pour nous-mêmes en premier lieu. Le titre est purement motivé par notre passion de créer de la musique. Nous sommes revenus aux origines de l’écriture et de la lecture d’une chanson, sans en faire une grosse production et en la réduisant au minimum. Nous voyons ce morceau comme une forme de thérapie pour nous rassurer sur la raison pour laquelle nous faisons tout cela, et ce n’est clairement pas l’argent.

https://www.lacn.fr/
crédit : leyya-music.com

Sauna, perle d’Électro-Trip-Pop

En 2018, le duo sort son deuxième album « Sauna » salué par la critique. La voix sensuelle de Sophie et les arrangements audacieux et créatifs de Marco dévoilent un univers musicalement riche et vaste. Sur l’album, LEYYA nous surprend avec des beats trip-hop, des sonorités enivrantes et lumineuses. On sent le travail de recherche sur les structures musicales. En effet, sur le morceaux « Solitude, I’ve Never Been fun » ou « Drumsolo » les structures sont plus complexes. Et ça fonctionne merveilleusement bien. Le groupe démontre avec brio sa maîtrise harmonique et mélodique. Le couple nous offre une musique pleine de surprises et bien plus variée qu’il n’y paraît.

Pour vous faire découvrir « Sauna » , nous vous avons choisi 2 extraits. Tout d’abord, le titre « Drumsolo » . Nous aimons souvent proposer des titres lives pour mieux appréhender et découvrir la puissance d’un groupe. Et ensuite, le 2ème morceau « Solitude » qui montre l’aisance du groupe à passer du live au studio. Ça paraît évident, mais pas tant que ça parfois.

Un jeune groupe, mais un maîtrise sonore impressionnante

C’est en 2015 que LEYYA sort son 1er album de treize titres « Spanish Disco » via LasVegas Records. Les morceaux vont des sons ambiants de trip hop, aux rythmes électroniques doux, en passant par la dream-pop expérimentale entrelacée avec des effets sonores obscurs et minimaux qui amènent l’auditeur vers des contrées imaginaires et oniriques. C’est 1er album vraiment réussi par sa maîtrise sonore pour un jeune groupe à l’époque. On comprend mieux, maintenant l’évolution du groupe et sa progression.

Voici un extrait de l’album « Spanish Disco Deluxe« :

Avant de terminer, nous voulions vous faire découvrir le morceau « Oh wow » qui est la face B du single « Zoo« . Cette version live est juste magique. Le groupe joue avec « Regional-Orchestra » pour une version revisitée. On aime beaucoup voir les groupes dans des configurations surprenantes. Et c’est merveilleux de voir l’aisance de Leyya dans cette exercice qui peut être périlleux parfois. L’orchestre sublime le morceau, la symbiose est totale.

Il est vrai que le groupe Leyya nous est passé sous le nez, mais justice a été rendue. Leyya peut paraitre à la première écoute, un simple groupe d’électro-pop, mais quand on creuse et surtout que l’on découvre la discographie, on y trouve une richesse musicale et un univers vaste de sonorités puissantes et intenses. Nous attendons donc avec impatience la suite de leur aventure.

Photo de couverture : Aina, dans les rues de Montréal

Écrit par :

Aina dit l’aigleguerrier/ Rédacteur en chef- Chroniqueur : Ma vie est un Meltingpot de rencontres, d’univers différents. J’aime refaire le monde au comptoir des possibles, discuter philosophie jusqu’au crépuscule.