Webzine musical sans frontière

bannière du média/webzine Le Sac à Son
Pochette article de l'envoutante Haley Heynderickx

L’envoûtante Haley Heynderickx

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


Temps de lecture : 3 min

Il y a des jours comme ça ou tout nous parait simple, sans difficulté. On se sent bien dans ses baskets, dans sa vie. Plus rien ne nous fait peur, plus rien ne semble insurmontable. On est dans un de ces moments de grâce. Nous regardons l’avenir serein, en souriant. On apprécie les petites choses de la vie avec les yeux pleins d’étincelles. On s’émerveille à chaque coin de rue. Ça faisait longtemps, qu’on s’était pas senti aussi bien, aussi heureux, aussi en paix. Ces instants arrivent, on ne sait jamais vraiment comment, ni pourquoi. Mais mon dieu que c’est bon. Pas le moment de se poser de question, on savoure l’instant présent.

Et pourtant, rien n’a changé dehors, rien n’a vraiment évolué… Il y a toujours à notre porte une pandémie mondiale, des restrictions nationales, une vie sociale à l’arrêt. Mais aujourd’hui, on fait abstraction de tout ça. Plus rien de tout ça n’existe dans notre bulle. Le soleil est dans notre cœur. Y a-t-il une explication à ce sentiment de bonheur ?

Et oui, notre route a croisé la voix de Haley Heynderickx. Et depuis, plus rien n’est comme avant. Elle a réveillé en nous cette passion que nous avions un peu perdue. Il y a des artistes qui sans le savoir raniment les cœurs endormis, rallument des passions enfouies. Haley Heynderickx fait partie de ces artistes là. Elle nous a bousculés dans notre torpeur avec sa voix si envoûtante.

C’est une de nos copines qui nous l’a fait découvrir et aujourd’hui nous avons choisi de vous la présenter.

Authenticité

Au début, on n’a pas vraiment prêté attention à cette jeune fille menue accompagnée de sa guitare. Elle semblait timide, pas vraiment sûre d’elle. Nous avons écouté un des ces lives guitare/voix sur Youtube et on a arrêté de parler car en un instant, elle avait capté toute notre attention.

Haley Heynderickx est une jeune compositrice-auteure-interprête qui nous vient de Portland. Elle nous propose une musique folk avec parfois des envolées psychés sur certains de ces morceaux. Nous sommes allés lire pas mal d’articles sur elle, pour en découvrir un peu plus sur son histoire et son parcours. Et ce qui nous a frappé et a attiré notre attention, c’est sa simplicité, sa sincérité lors de ces interviews. C’est le genre de fille qui parle de sa vie d’artiste sans prétention, avec humilité et beaucoup d’authenticité. Ça nous a touchés.

Crédit : Luck Reunion (http://luckreunion.com/)

Elle est hyper reconnaissante de ce que qui lui arrive, de la chance de vivre une aventure aussi enrichissante et extraordinaire. Mais elle parle aussi de son succès fulgurant et inattendu qui l’a déstabilisée. Elle explique qu’elle n’était pas prête à autant de médiatisation, de demandes d’interview et elle s’est senti dépassée. C’est rare de voir une artiste parler aussi ouvertement de ses peurs, de ses doutes. On sent à la lecture de ces articles que c’est une jeune femme timide, réservée, sensible. Elle ne se la raconte pas, elle est juste heureuse de pouvoir partager sa musique.

Simplicité

D’ailleurs, parlons-en de sa musique. Elle est comme elle, simple, délicate, douce. Sa voix et sa guitare se suffisent à elles-mêmes. On est vite absorbé par son aura et ses tendres mélodies. On est comme dans une bulle intemporelle, on y plonge, on y rêve, on s’y abandonne… Sa voix, son univers nous rappelle des chanteuses tel que Alela Diane, Ane Brun ou Aldous Harding.

Comme premier morceau pour vous faire découvrir sa musique, nous avons choisi No face extrait de son premier et unique album « I Need To Star A Garden » sorti en 2018. Ce titre représente bien la couleur de sa musique. Une chanson Guitare/voix qui fait l’ouverture de son album. C’est beau et on ne s’en lasse pas.

Et on enchaîne avec un autre morceau guitare/voix Drinking Song extrait de son 1er Ep « Fish Eyes » sorti en 2016.

A travers ses textes, Haley partage ses doutes, ses déceptions, ses frustrations mais aussi ses rêves, ses déambulations métaphoriques. Comme une confidence qu’elle nous livre, on y découvre une femme d’une sensibilité poétique. On y perçoit une fragilité qui la rend encore plus attachante et touchante. Son album est d’une intimité bouleversante, mais porte aussi une fraîcheur étincelante.

Intensité

Ce que nous aimons dans la musique de Haley, c’est qu’elle apporte de manière subtile des nouvelles sonorités sur ses morceaux. Comme par exemple sur le titre The bug Collector où après 2mn de guitare/voix apparait le son feutré d’un trombone. C’est rare de voir des cuivres dans la musique folk. C’est délicat et ça trouve toute sa place dans le titre.

Quand nous avons écouté toute la discographie de cette artiste qui se compose de 2 Ep (Fish Eyes– 2016, Among Horsees III – 2018) et de son album « I Need to start A Garden« , nous avons été envoûtés par sa voix mais aussi impressionnés par sa palette musicale. Elle ne s’enferme pas dans un registre guitare/voix. Bien au contraire, elle enrichit ses mélodies avec d’autres instruments, comme les cuivres, et elle n’hésite pas à mettre un peu de guitare saturée et de la batterie pour amener une touche un peu plus psyché-folk. Et ça fonctionne merveilleusement bien. Cela rajoute de l’intensité à sa musique. Ce que nous aimons chez elle, c’est que ce n’est jamais trop, et c’est toujours là où il faut. Ça sonne toujours juste.

Pour vous faire découvrir son univers plus électrique, nous avons choisi les titres Fish Eyes et Sane extraits de son 1er EP, les titres Worth It et Untilted God Song extraits de son dernier album :

Maintenant que nous vous avons présenté Haley, on peut vous le dire. Oui, on est tombé amoureux de sa musique. C’est rare qu’une artiste nous touche ainsi. Sûrement que le contexte y contribue, sûrement qu’on est plus sensible. Mais en vrai peu importe, elle a trouvé le chemin de notre cœur. Sa musique est entrée en résonance avec nos vies et on vous le souhaite aussi.

Photo de couverture : Aina

Écrit par :

Aina dit l’aigleguerrier/ Rédacteur en chef- Chroniqueur : Ma vie est un Meltingpot de rencontres, d’univers différents. J’aime refaire le monde au comptoir des possibles, discuter philosophie jusqu’au crépuscule.

Please follow and like us: