Chargement
petits pont et contre pieds

Contre-pieds et petits ponts

28 Partages

Cette semaine, c’est un membre hyper-actif du groupe Sac à Son qui a pris le contrôle de la playlist : Jérome Pifunk. Il nous présente une playlist spéciale lendemain de finale, pleine de belles découvertes en tous genres. Accrochez-vous, c’est de toute beauté !

Une métaphore footballistique prétexte à une sélection subjective de musiciens sans frontières qui aiment surprendre, créer des passerelles entre les genres.
Ce n’est pas en soi une garantie de qualité ; ça peut tourner à la recette un peu vaine. Mais quand c’est réussi, ça ouvre des perspectives, ça varie les plaisirs.

On démarre avec Woods, un groupe folk rock psyché, qui ajoute même ici une touche d’éthiojazz.
Deux titres de Sinkane dont l’album Life and Livin it est un de mes coups de cœur de l’an dernier. Là c’est le melting-pot complet que pratique cet anglais d’origine soudanaise : funk, pop, reggae, afrobeat, idéal pour enflammer le dance-floor …

De l’énergie, du rock gorgé de soul ou l’inverse :

  • Monophonics (découvert en live à Paloma, deux albums énormes), Mr Day (de Lyon)
  • Mistery Lights (découverts à Tinals)
  • JD McPherson en mode rock vintage
  • les Isley brothers avec leur carrière sans fin, eux qui ont touché à tous les styles du doo-wop au R’nB. Ici avec That Lady et son riff de guitare mortel multi-samplé.

Des cocktails détonants :

  • Chilly Gonzales et son rap orchestral plein d’autodérision
  • Arat Kilo, un groupe parisien qui mêle le hip hop de Mike Ladd et l’éthiopique
  • BCUC de Soweto qui inventent un truc bien à eux difficile à décrire, d’une puissance incroyable sur scène
  • Charles X, jeune talent mixant soul, R’nB, rock et rap, déjà auteur de 3 très bons albums.

Les maîtres du contre-pied sont peut-être les Beastie Boys venus du punk, passés au hiphop, capables de nous feinter à l’intérieur même d’un seul morceau (Car Thief extrait de Paul’s Boutique) retournant à leurs instruments pour jouer du groove comme sur 3’s.

Dans le même genre : The Clash jamais cantonné au punk rock mais explorant le reggae, le dub, comme dans Armagiddeon Time (reprise du jamaïcain Willi Williams) et aussi l’electro, le rap sur l’album Sandinista.
Le summum du mélange est pour moi Funkadelic. Comme sur ce morceau de 1975, Baby I owe you something good : rock, funk, soul, gospel …

Ensuite un morceau du caméléon génial qu’a été Gainsbourg, épaulé ici par Jean-Claude Vannier pour un instru qui claque toujours autant presqu’un demi-siècle plus tard et qui a bien dû inspirer Portishead.
Et guise de tacle final, les Ramones qui eux n’ont jamais dévié d’un pouce dans leur rock régressif pour mon plus grand plaisir !


Texte : Jérome Pifunk
Crédit photo : Aina dit Aigleguerrier
21/07/2018


Utiliser Soundsgood : si vous êtes abonné à une plateforme de streaming comme Spotify, Apple Music ou Deezer, identifiez-vous ! Si vous n’êtes pas abonné, choisissez “YouTube” dans le player ci-dessus avant de commencer à écouter cette playlist.

Retrouvez nos Playlists ICI ou SOUNDSGOOD 

Sur les réseaux Sociaux : Facebook & Instagram

Afro Aigleguerrier Blues Concert Détente Electro Folk Funk Hip hop Melting-pot Pifunk Podcast R'n'b Recyclée Reggae Rock Rêve Sacasonneur(se)s Soul Sur Nos Platines Trip-hop Voyage World Énervé



28 Partages

Entrer une réponse

28 Partages
Partagez28