Webzine musical sans frontière

bannière du média/webzine Le Sac à Son

Kutiman, super éclectique

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


Temps de lecture : 3 min

Comment voyager en ce moment ? La musique reste une des rares possibilités. Grâce au dj, producteur, multi-instrumentiste, vidéaste Ophir Kutiel alias Kutiman, on va pouvoir partir dans une multitude de directions différentes que ce soit géographiquement (Israël, Turquie,Tanzanie) que musicalement (electro, jazz, rock psyché, groove, hip hop, afrobeat…).

Crédit : Maayan Shahar

Thru you

Il s’est fait surtout connaître en 2009 sur Internet grâce à sa série Thru You à plusieurs millions de vues : des clips musicaux à partir de collages, de samples de vidéos Youtube de musiciens amateurs du monde entier. L’idée est géniale : rassembler des gens isolés et les faire jouer ensemble virtuellement. Du sampling de l’extrême, mais avec la qualité musicale, l’invention et la créativité. Impressionnant et ludique de visualiser les samples. La pratique solitaire, face caméra, souvent mal filmée, parfois maladroite de tous ces amateurs passionnés prend corps et vie dans cette collaboration indirecte. En 2014, il remet ça avec une deuxième série Thru you too (à retrouver ici) dont Give it up où figure une chanteuse amatrice, une fillette en robe rose au piano, un tromboniste dans une forêt …. Juste incroyable, magique et touchant :

Cette chanteuse Samantha Montgomery de la Nouvelle-Orléans, est aide-soignante dans une maison de retraite, a vécu une enfance très difficile et vit dans un quartier défavorisé. Elle poste la nuit sur YouTube ses chansons sous le pseudonyme de Princess Shaw sans succès jusqu’au projet de Kutiman qui porte son audience à deux millions d’internautes.

Plus incroyable encore, le réalisateur israélien Ido Haar a l’idée d’un documentaire qui retrace cette trajectoire : des premiers contacts de Samantha avec Kutiman jusqu’à un concert en Israël.  Son objectif à travers le portrait de la jeune femme : «Kutiman, Princess et tous les musiciens de mon film se trouvent sur une voie utopique, permettant à des individus des quatre coins de la planète, mais surtout à ceux qui sont sous-représentés et dépourvus de pouvoir, de communiquer et de s’exprimer, et peut-être de proposer une alternative aux règles du jeu cruelles, commerciales et injustes dominant normalement le monde actuel de la musique, de l’art et de la culture».

Origines

Kutiman est né en 1982 à Jérusalem, apprend le piano dès l’âge de 6 ans puis la batterie et la guitare à l’adolescence. A 18 ans il poursuit des études de jazz à Tel Aviv. C’est pendant cette période qu’il va s’ouvrir à d’autres genres musicaux : funk, afrobeat et reggae. Il part même en Jamaïque en 2003 pour effectuer des recherches et collabore avec Damian Marley.
En 2006, Kutiman signe sur le label allemand, Melting Pot Music, rien que le nom du label nous parle au Sac à Son ! Premier titre, No Groove Where I Come From, suivi par Music is Ruling My World – une collaboration avec Karolina de Habanot Nechama (trio de chanteuses israéliennes qui a cartonné en 2007).
En passant on en profite pour glisser le très beau titre So far de Habanot Nechama :

Le deuxième single de Kutiman feat Karolina marche bien. On retrouve ces deux singles sur son premier album éponyme  fin 2007. Un très bon cocktail de funk, de groove en tout genre à découvrir. No groove where I come from version session live :

À l’été 2010, Kutiman avec son groupe live The Kutiman Orchestra partage l’affiche d’un concert avec DJ Shadow à Tel Aviv. En juin 2012, il sort un nouveau titre jazz groovy : Dover. D, du nom d’un artiste de Street art dont on voit le travail de décoration des escalators de la mairie de Tel Aviv dans le clip :

Il y joue tous les instruments, le chant est confié à Elran Dekel, chanteur du groupe de funk israélien Funk’n’stein.

Après la deuxième série de clips Thru you too, changement de direction musicale avec un nouvel album en 2016 : 6am. Electro pop rock psyché avec le chanteur Adam Scheflan et Karolina sur quelques titres. Encore une réussite.

Melting-pot

Ensuite, des collaborations et des projets innombrables et hyper variés : musique contemporaine expérimentale comme dans Don’t Hold Onto the Clouds en 2018, Antarctica un album solo réalisé pour Greenpeace et aussi le tout récent Surface currents. Pas mal de projets electro aussi avec sa série de singles inspirés par des villes : Mix Tel Aviv, Mix Hamburg ... avec évidemment les clips qui vont avec. Il a aussi travaillé avec des artistes comme Maribou State.
En 2019 un retour vers le jazz, psyché avec un EP Lines with different sources.
Ces dernières années, il a travaillé sur du dub aux influences moyen-orientales : le EP instrumental Saluf, sur un titre plus rock avec le chanteur israélien Shai Tsabari et sur des sons plus disco orientale avec la chanteuse turque Melike Sahin. Super éclectique on vous dit !

Il y a aussi une version israélienne d’Elimi tut avec le chanteur Shai Tsabari. Kutiman est coutumier du fait : le single décliné avec des chanteurs différents, dans des langues différentes. Sur un single précédent on a droit à 3 versions : israélienne, turque et anglaise. Cette dernière intitulée So long avec la chanteuse Rioghnach Connolly est à écouter ici :

Dernier album en date : Wachaga sorti en 2020, travail encore une fois surprenant. Il était parti en 2014 en Tanzanie enregistrer des sons des Wachaga un peuple Bantou : des écoliers en train de jouer des percussions, des danseurs qui portent des cloches… Il en a fait 9 titres accompagnés de 9 clips psychés à partir d’images tournées aussi en Tanzanie. Avec au saxo Shlomi Alon, trompette Sefi Zesling, trombone Yair Slutzki.
On peut décrire ça comme un mélange d’afrobeat, jazz, hip hop, psyché… Un résultat super intéressant et quelques titres excellents comme Tanzania (on vous l’avait présenté dans la playlist C’était l’an vain).

Hyperactif, il a sorti la version dub de cet album dans la foulée : Wachaga in dub.

L’univers riche et foisonnant du bonhomme permet de longues heures de voyage, de découvertes sonores et visuelles. Étant donné la période, on ne va pas s’en priver. Cet éclectisme, cette créativité débordante, l’humanisme qui se dégage de ses projets ont fait mouche au Sac à Son. On est sûr que dans ce melting-pot ultime, vous allez  trouver votre part de bonheur, de plaisir.

Photo de couverture : Agnès Lortho

Ecrit par :

Jérome Pifunk / Chroniqueur : Sunday Morning, Playlists du lundi. Et mon petit kif, préparer et animer les Soundclashs sur notre page Facebook tous les mercredis à 11h! Co-animateur de notre émission radio sur Raje.

Please follow and like us:

One comment

Les commentaires sont fermés.