Chargement

Jamaican Vibes volume 2


Temps de lecture : 2 min

Comme le mois dernier, on poursuit  notre tour d’horizon de la musique jamaïcaine et ses dérivées.
Une sélection de coups de cœur, de souvenirs et d’artistes ou de titres moins connus à découvrir.

  • Bad Brains ou comment des rastas de Washington qui font du punk hardcore dans les 80’s délivrent quelques excellents morceaux reggae pour faire baisser la pression.
  • Armageddon Time : un titre connu par la reprise faite par The Clash, expert en termes d’intégration de musiques d’origines diverses. Place ici à l’originale bien roots du jamaïcain  Willi Williams.
  • Rayon covers : Ken Boothe donne sa version du génial Is it because I’m black de Syl Johnson. Et c’est pas mal du tout.
  • Inspiration américaine toujours avec le Funky Kingston de Toots and the Maytals pour du reggae qui groove.
  • Côté rocksteady : Lloyd Robinson et le titre Cuss Cuss (1964) dénonçant la violence, qui deviendra un classique.
    John Holt et ses Paragons pour un titre qui sera repris avec succès par Blondie.
  • Hopeton Lewis + U-Roy pour les prémices du ragga, où le toaster vient poser son flow entre les couplets du chanteur.
  • King Tubby et Augustus Pablo inventeurs du Dub roots.
  • Maintenant qu’on est dans le roots on y reste avec Yabby You et Trinity pour un feat ragga old school.
  •  Reggae classique avec un trio vocal, une grande tradition d’harmonie, venue du gospel : The Abyssinians.
  • Du rub a dub des 80’s avec Althea & Donna, Sister Nancy. Rares filles dans un univers très très masculin ; avec Barrington Levy, passé du reggae roots au dancehall.
  • On bascule ragga dans les 90’s avec le tube Murder she wrote de Chaka Demus & Pliers.

Un petit détour par la scène Trip Hop de Bristol née à la fin des 90’s. Les influences jamaïcaines sont très présentes chez Massive Attack par leus collabs avec Horace Andy. Moins connus les Smith & Mighty issus de la mouvance dub, dubstep mais tout aussi pionniers dans le trip hop n’ont pas eu le même retentissement. Ils ont sorti quelques titres dignes d’intérêt à (re)découvrir.

On passe à la scène actuelle avec des collaborations en mode transition passé-présent :

  • Dubmatix producteur canadien de dub avec le chanteur roots Linval Thompson.
  • Les producteurs français  Bost & Bim avec Winston McAnuff.
  • Blundetto et Cornell Campbell.
  • The Skints groupe anglais mêlant reggae, ska, rub a dub … avec Tippa Irie en feat., pour un gros flow ragga.
  • Angleterre toujours : Hollie Cook, fille du batteur des Sex Pistols et d’une chanteuse des Belle Stars, le girls band des 80’s. Production : Prince Fatty. Un reggae aérien, tropical.
  • En France hip hop + ragga avec ASM feat Warrior Queen.
    O.B.F.
    le plus suisse de Soundsystems français pour du dub roots puissant extrait de leur nouvel album Signz.
    Et deux exemples de la très fournie scène Dub française avec High Tone et Ezekiel avec des titres très marqués Jamaïque pour des groupes qui ont élargi leurs palettes et sont partis explorer dans d’autres directions.
  • Easy-Star All stars : groupe qui s’est spécialisé dans la cover reggae dub, osant se frotter à Radiohead, Pink Floyd, Michael Jackson … avec de belles réussites comme ce Money.

25 titres, 1h30. On se met en mode pause, farniente, et on savoure ce cocktail de sons, idéal pour accompagner la chaleur, l’été et les envies de vacances.

La Playlist You Tube

Playlist Spotify ou Deezer en cliquant sur le pictogramme :

Photo de couverture : Agnès Lortho

Ecrit par :

Jérome Pifunk / Chroniqueur : Sunday Morning, Playlists du lundi. Et mon petit kif, préparer et animer les Soundclashs sur notre page Facebook tous les mercredis à 11h! Co-animateur de notre émission radio sur Raje.

Suivez nous sur :