Webzine musical sans frontière

bannière du média/webzine Le Sac à Son

Interview : Ugly Mac Beer, le génie des platines

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


Temps de lecture : 3 min

Vous aviez forcément entendu un soir chez un gars cool le titre Not afraid ! Depuis déjà 20 ans, il est incontournable dans le milieu turntablism/ scratch en France, gagnant contest sur contest et sortant des prods. pointues, imagées et dansantes. On a redécouvert son travail grâce à nos copains d’X-Ray Production qui n’en loupent pas une quand il s’agit de bons sons ! Ugly Mac Beer a sorti The Valley of the Kings cette semaine, dans un mood oriental très cinématographique. C’était forcément l’occaz de revenir sur le parcours de ce génie des platines.

SM
Ugly Mac Beer © Stephane Gizard

Pour les Sacassonneurs qui ne te connaissent pas encore, comment décrirais-tu ton projet ?

Au tout début en 98/99 mon blaz c’était Dj Diess. J’étais dj pour le groupe de rap français La Formule. C’est ce qui m’a formé à faire du son, j’étais vraiment novice aux platines. Ils castaient un dj pour leur tournée, et j’ai enchainé 80 dates avec eux. Il s’avère que le rappeur principal/ producteur du groupe est aujourd’hui connu sous le nom de Wax Tailor. Il m’a vraiment expliqué comment marche un label, comment faire des disques ou des prods. Je voulais sortir des breakbeats (des scratchtools dans le jargon) qui servent aux djs. Je regardais tous les contests DMC ! J’ai monté ensuite mon label début 2000, Beatsqueeze records. Ensuite j’ai rencontré le beatmaker Mister Modo, qui travaillait chez un disquaire à Paris. On a fait nos premiers projets rapidement.

Mister Modo & Ugly Mac Beer – Not Afraid sur l’album Modonut, 2009 sur KIF recordings

Tu as commencé la musique à quel âge et par quel biais ?

J’ai écouté vraiment de la musique dès 12 ans. J’étais le plus jeune de ma bande de skateurs. Les plus vieux m’ont fait écouter du rock mélangé au punk avec du hip-hop. C’est là où j’ai découvert les Beastie Boys. La révélation, il y avait tout dedans ! D’ailleurs mon premier cd c’est  » Licence to ill « , offert par ma soeur. J’avais à la fois des platines et une guitare. Et j’ai lâché la guitare…

Beastie Boys – Fight for your right sur l’album Licence to ill, 1986 sur le label Def Jam Recordings

T’as sorti des sons rock du coup?

J’ai fait une mixtape métal à un moment. Je me disais que personne faisait ça ! C’est le seul projet que j’ai fait comme ça, les gens m’ont pas suivi. C’est très compliqué dans le métal, ce public est souvent grave anti-métal, en tout cas dans ma génération. Beaucoup moins maintenant ! La fusion comme Rage Against The Machine ou Body Count, j’adore aussi.

J’ai pas pu m’empêcher de penser à Dee Nasty dans la série Le monde de demain en lisant ta bio. Il ramène le hip-hop US en France. C’est pas la même époque mais la même passion ?

Ouais c’est un peu ça. Je compare toujours ça au skateboard le milieu du scratch/turntablism. Au début c’était assez basique, et plus on passe les années et plus les choses deviennent techniques. Ça vient des États Unis, avec toute la bande de D-Styles, Invisibl Skratch Piklz, Mix Master Mike. Ils sortaient des disques de tarés, des pochettes de folies ! Je voulais faire pareil, ça m’a grave inspiré. J’ai ramené un peu ce truc en France c’est vrai.

Pourquoi le changement de nom de Dj Diess à Ugly Mac Beer ?

De 2003 à 2007, on avait une boutique de vinyles à Pigalle avec Mister Modo. Ce surnom c’est un assemblage de plusieurs gars qui passaient à la boutique. C’était parti de Ally McBeal, à Huggy les bons tuyaux… Ça vient aussi d’un 45 tours de Mr Dibbs (Ugly and Proud Vol.3), je ressemblais beaucoup au gars sur la pochette à l’époque ! C’est un ensemble de délires en buvant des bières à la boutique.

Mr Dibbs – Ugly and Proud Vol 3, 2004.

T’as sorti deux mixtapes, clin d’oeil à MF Doom (Ugly Mac Beer Invasion en 2006 et 2009).

À l’époque, il n’y avait pas beaucoup de gens qui connaissaient MF Doom. Je ne trouvais aucune mixtape, et je trouvais ça fou que personne n’ait rien fait sur lui ! J’avais acheté tous les originaux de ses samples de film, de dessin animé aussi. Bref un gros travail de recherche bien prise de tête ! Beaucoup me demandent de faire un vol.3 mais avec les algorithmes c’est compliqué. On m’avait déjà effacé les deux premières mixtapes sur ma chaine youtube et sur soundcloud. (Aujourd’hui ils sont dispo en free download sur mixcloud).

MF Doom a eu l’occasion de l’entendre ? tu lui as envoyé ?

On avait fait sa première partie à l’Élysée Montmartre. Et MF Doom il est hyper spécial, personne à le droit de lui parler ni rien ! Donc je l’avais filé à son manager/régisseur de l’époque, qui faisait ses backs aussi sur scène… Et ce gars c’est devenu Killer Mike de Run the Jewels ! L’histoire de fou !

Tu as sorti un titre avec le rappeur US F.Stokes en 2020. La nouvelle vague US te correspond ? Et en France ?

Il y a un revival 90’s de fou en ce moment ! Assez sombre, assez minimaliste, un peu lo-fi comme ont pu le faire le Wu Tang Clan ou Mobb Deep. Roc Marciano récemment, ou Tyler the Creator, Asap Rocky. Je suis beaucoup les radars de sorties sur Spotify. Ils ont des samples qui partent dans tous les sens ! C’est un gros délire de mélange très intéressant. On voit des gens habillés en perfecto et survet’ à pression en bas, j’adore ! En France y’a Benjamin Epps, il est très fort !

Les films aussi inspirent beaucoup tes samples ?

J’ai toujours fait des projets très cinématiques. On s’en rend compte quand on écoute les albums Modonut 1 et 2 d’ailleurs. J’ai une grande culture télé /ciné / dessin animé… Ça se ressent dans les samples que j’utilise. J’ai toujours des images en tête.

Ugly Mac Beer – Listen To Me

T’as sorti Listen to me il y a peu (qui m’a fait beaucoup penser à Degiheugi) et il y a un album prévu début 23 dont fait parti le titre The Valley of the Kings qui est sorti mercredi ! C’est quoi l’inspi pour celui-ci ?

C’est complètement le concept : Égypte, vieille pyramide, secrets enfouis, déesses… Cela faisait déjà 10 ans que je diggais des vinyles un peu orientaux dans cet esprit.

Les derniers titres qui t’ont touché ou tes intemporels

J’écoute vraiment de tout ! De la B.O. de films en passant par un Sepultura, un Black Moon ou un Frustration, j’ai pas de barrière.

Retrouvez une sélection d’Ugly Mac Beer dans sa playlist artiste spotify Hip-Hop/ Rap to Take Away #1

Ugly Mac Beer sur les réseaux : Youtube, Spotify, Facebook, Instagram, Deezer et sur son label Beatsqueeze Records

Ecrit par :

Roxane Puthontheredlight / J’aime chiner les pépites dans les 1ères parties et les petits festivals underground. Toujours au taquet sur le dancefloor, on me trouve la plupart du temps devant la scène.
Chroniqueuse de charme pour les Sunday Morning et les lives reports.

Please follow and like us:
Pin Share