Site icon Webzine musical sans frontière

Interview : Dowdelin, l’avant-garde créole

Itw Dowdelin

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


Temps de lecture : 3 min

L’amour, langue internationale qu’ils crient haut et fort en créole ! Se décrivant comme un groupe afro futuriste, ils oscillent sur les territoires hybrides entre hip-hop, électro jazz et reggae parfois, sans jamais pour autant entrer dans une case. Les à présent 4 membres de Dowdelin ne sont pas des inconnus. Ayant chacun évolué dans plusieurs groupes, parfois en binôme déjà, c’est cette conjugaison d’expériences qui aujourd’hui nourrit leur musique. De la fusion des styles nait une dynamique puissante, des rythmes dancefloor aux accents multiples, en somme un déferlement d’énergie positive.  David Kiledjian aka Dawatile, multi instrumentiste, est à l’origine de ce projet signé sur le label Underdog Records (Joao Selva, Kolinga, The Buttshakers…). Il nous présente le groupe, nous parle de leurs albums dont le dernier Lanmou Lanmou vient d’être récemment nommé aux Victoires du Jazz.

Dowdelin (photo JP Gimenez) avec Raphaël Philibert ; Olivya Victorin ; David Kiledjian; Grégory Boudras

Pour les Sacassonneurs qui ne vous connaissent pas encore, comment décrirais-tu votre projet?

On a dit beaucoup de choses ! Mais pour résumer on fait du rnb en créole. Quand je dis rnb en France, c’est très marqué années 90. Mais pour les anglo-saxons, c’est tout ce qui va mélanger un peu de soul, jazz et hip-hop. On est vraiment au centre de ces influences là, entre musiques actuelles africaines, antillaises, Amérique du Sud, afro-américaines, hip-hop et house.

Fowatile – Love Life Ft. Talib KWELI – de l’album « Fowl Steps »

Dans vos deux albums, on entend des rythmiques jazzy, des beats électro ou encore hip-hop, quelles sont vos influences ?

On vient de contextes différents dans le groupe et on aime des styles différents. En revanche on a tous étudié le Jazz. On est donc assez éclectique. Pour ma part, on n’avait pas la télé chez moi ni de radio. Par contre, on avait des disques de jazz, de rock progressif, de rock 70’s. Je passais beaucoup de temps à squatter la chaine-hifi familiale ! Puis fin de lycée, il y a eu la génération graveur où on a pu s’échanger les albums avec les potes. J’ai commencé la musique par le saxophone et comme je suis de Vienne, vers 8/9 ans j’allais déjà au festival Jazz à Vienne.

De ton côté, tu as fait partie d’un groupe de hip-hop électro lyonnais Fowatile. On retrouve des feats incroyables avec Talib Kweli ou encore Foreign Beggars. Dowdelin est la raison pour laquelle tu quittes le groupe ?

Pas vraiment. On a changé plusieurs fois certains membres puis à un moment donné on a plus eu envie de chercher des remplaçants. J’avais déjà un peu commencé Dowdelin et Gregory avec The Bongo Hop un peu naturellement.

Votre deuxième album Lanmou Lanmou parle évidemment d’amour mais d’autres thèmes sont aussi présents…

On écrit avec Raphaël, le percussionniste qui au contraire de moi parle créole. Au fur et à mesure des morceaux on s’est rendu compte que c’était un thème un peu central. Pas forcément l’amour charnel, l’amour dans un couple, il y a aussi l’amour pour la planète, l’amour pour soi, dans sa manière de se comporter avec les autres, l’amour dans son aspect général.

Dowdelin – Lanmou Lanmou

Votre travail a été un peu différent sur cet album car il y a l’arrivée d’un 4ème comparse, Grégory Boudas.

Au début on était tout les deux avec Olivya, on cherchait des recettes à l’aveugle, on ne savait pas encore ce que serait Dowdelin. On a pas mal tourné avec le premier album et le live nous a permis une confrontation avec le public, de voir ce qui nous plaisait vraiment. Une fois au studio, cela nous a fait prendre conscience de ce que nous faisions ensemble, et chacun a pris sa place. La direction du second album était du coup plus évidente. À trois, on était dans une formule assez légère, avec plusieurs instruments, c’est une performance. Quand on a commencé à faire de plus grosses scènes, il nous a manqué un truc plus patate, plus électrique. La batterie, les amplis sur scène, et être un peu moins digital.

D’ailleurs Grégory est passé par Vaudou Game dont vous êtes voisins de studio depuis un bail. La boucle est bouclée avec ce featuring, tu peux nous en parler ?

Le thème de la planète, l’écologie est très récurrent dans le travail de Peter Solo, il le défend beaucoup. On fréquente les mêmes studios depuis une bonne quinzaine d’années et depuis tout ce temps on a bossé chacun pour nos groupes ou pour d’autres aussi. On a l’habitude de se retrouver dans le couloir, de prendre des pauses ensemble, de se faire écouter nos sons. C’est vraiment la famille ! Je ne crois pas qu’il ait fait un autre feat d’ailleurs c’est pas forcément son truc mais quand je lui en ai parlé, il a tout de suite accepté !

Dowdelin – Mama Wé feat Vaudou Game
Dowdelin Ft. Pat Kalla – Funky Chicken

S’il y avait une notice d’écoute, dans quels moments ou situations écouter Lanmou Lanmou ?

Je pense qu’on est un peu à la frontière entre une musique d’écoute à la maison tranquille et la soirée en warm up. Il y a plein de petite chose à remarquer au fur et à mesure des écoutes. Même si c’est entrainant ce n’est pas non plus super club. Les 5 premiers morceaux sont efficaces en soirée.

Un titre très reggae, Somebody New n’était pas un terrain sur lequel on vous attendait et ça marche vraiment bien ! Ça ouvre de nouvelles portes ?

C’est un titre que j’ai failli ne pas mettre dans l’album. On n’est pas forcément très reggae mais c’est sorti un peu naturellement. Le fait qu’on le fasse à notre manière avec la partie de fin qui casse un peu les codes du reggae systématique, que Raphaël chante aussi avec un peu d’autotune aussi, ça a poussé ce titre vers un autre univers. Il était tellement souriant ce morceau qu’on a décidé de pas se priver.

Dowdelin – Somebody New

Je viens d’apprendre votre récente nomination aux Victoires du Jazz ! Vous étiez surpris et nous pas vraiment ! Qu’apporte ce type de récompenses aux artistes ?

De la visibilité principalement. Toutes les personnes qui ne connaissent pas les médias spécialisés, ou qui ne sont pas forcément sensibles à des chroniques ou playlists en radio comme Nova, FIP ou Télérama. Ça montre aussi aux pros ce qu’on sait faire. Beaucoup avaient une vision tropicaliste des musiques du monde, du traditionnel. Je suis bien content qu’en France, de nombreux groupes de fusion soient reconnus et aient leur place dans les programmations de musiques actuelles.

Une sélection d’artistes que tu écoutes en ce moment ou de tes intemporels ?

* Les artistes ont été sélectionnés par David Kiledjian aka Dawatile. J’ai choisi les titres en fonction.

Des dates de tournées à rappeler?

Dans le Sud, on sera le 7 juillet à Toulouse (31); le 11 juillet au Festival de Thau-Mèze (34); le 06 août au Festibaloche à Olargues (34); le 12 août au Bouillon Cube à Causse-de-la-Selle (34).

Retrouvez Dowdelin sur Youtube, Spotify, Facebook, Instagram, Deezer et sur le label Underdog Records.

Ecrit par :

Roxane Puthontheredlight / J’aime chiner les pépites dans les 1ères parties et les petits festivals underground. Toujours au taquet sur le dancefloor, on me trouve la plupart du temps devant la scène.
Chroniqueuse de charme pour les Sunday Morning et les lives reports.

Please follow and like us:
Quitter la version mobile