Webzine musical sans frontières

Photo de couverture article Agathe, Folk ensorcelant

Agathe, Folk ensorcelant

Suivez-nous sur nos différents réseaux:


Temps de lecture : 3 min

Dernière chronique de la saison pour moi. Comme toute fin de période, on ressent une pointe de mélancolie. On a envie d’une bande-son idéale pour coller à cet état d’esprit. Hasard des sorties d’albums, des projets qu’on reçoit en nombre, il y en a un qui émerge immédiatement. Dès la première écoute, on sent qu’on a envie d’y revenir, comme ensorcelé. Normal, la dernière chanson du disque s’intitule Witches boom et c’est elle qui nous a jeté un sort. Cet album, c’est Beautiful damages d’Agathe, sorti en mai dernier sur le label December square.

Agathe

Agathe est auteure, compositrice, interprète, originaire de Normandie. Elle a baigné dans une culture musicale familiale entre rock, punk, pop et chanson française. Dès l’adolescence, elle commence à écrire des chansons en anglais. Ses études la conduisent aux Beaux-Arts de Caen où elle se forme à la photo, la vidéo et l’édition. Ce qui lui permet d’intervenir à tous les niveaux de son projet en plus de la musique: visuels et clips. En 2016 sort un premier EP 6 titres autoproduit, intitulé « Bathroom ». Folk classique, guitare-voix, où on trouve déjà ce qui va nous toucher dans Beautiful damages. Il suffit d’écouter Black Haired Boy.

Pendant le premier confinement, elle écrit et enregistre pas mal de chansons toujours guitare-voix . En 2021, la rencontre avec Arthur Gueguan et Axel Verlaine va donner naissance à l’album au studio Octopus Garden (à Evreux) avec l’ajout de percussions, de claviers … D’autres musiciens intègrent le projet : Léo Vauclin et Bertrand Geslin (batterie, claviers), Lucie Lacou (violon).

Beautiful Damages

Le résultat : 8 morceaux d’un folk épuré, parfois plus pop, parfois plus bluesy. Souvent mélancolique comme sur Cancion de la luna, l’unique chanson en espagnol, langue présente depuis l’enfance dans la famille d’Agathe. Le chant en espagnol et l’émotion qui se dégage nous ont fait penser à Lhasa, et ce n’est pas pour nous déplaire. Les sept autres titres sont en anglais, langue dans laquelle Agathe écrit depuis toujours. L’album s’intitule Beautiful damages, Beaux dégâts, en français, jeu de mots avec Bodega en espagnol, la cave de ses parents où les chansons ont vu le jour (enfin si l’on peut dire !).

Dès la première écoute, on a été touché : de Sweet song, la chanson la plus pop, voire dream pop, qui ouvre l’album à la dernière Witches boom plus rock avec ses montées en puissance rythmiques. En voici les clips :

C’est ce titre qui nous a mis la grosse claque et nous a donné envie de nous replonger encore et encore dans l’album.
La production laisse la place à la voix d’Agathe, légèrement voilée, aux intonations sensibles, émouvantes comme dans Locked up et Ghost où elle se fait plus aiguë. Deux belles chansons, très poignantes. Au niveau du chant, on lâche vite fait quelques références persos qui nous sont montées au cerveau et surtout au cœur et on n’en parle plus : PJ Harvey, Beth Gibbons, Feist.
L’univers musical, l’esthétique et les thèmes abordés sont entrés en résonance pour moi avec le dernier album d’ Emily Wells. Il y a sororité évidente. Le rêve : un double plateau Agathe-Emily…
Dans Beautiful damages, Agathe parle de dépression, d’addiction mais aussi d’amitié, d’amour, de fête, de notre rapport à l’écologie, du capitalisme et de ses dégâts. D’où des titres plus sombres voire inquiétants comme les très bons Tracked dog et 6AM. Dans ce dernier, le titre le plus évidemment féministe, elle aborde la peur que toute femme peut ressentir, en rentrant toute seule traversant la ville en pleine nuit. Voici le clip :

Pour boucler la boucle et vous ensorceler aussi, une version live session de Witches boom :

Vous l’aurez compris, on a beaucoup aimé cet album donc on vous le conseille vivement ! On a aussi hâte de voir Agathe sur scène, version duo avec guitare électrique, claviers et boîte à rythme ou en solo. Il y a pas mal de dates programmées : le 20 juin à Paris, le 21 à Caen, le 23 à Nantes, le 24 à Poitiers, le 25 à Bordeaux… Et pour ne rien rater de son actualité : ses liens FB, Insta, YouTube, Bandcamp.

Photo de couverture : Agnès Lortho

Jérome Pifunk
Chroniqueur : Sunday Morning, Playlists du lundi, et Le Sac à Samples ! Mon petit kif, vous préparer des thèmes pour les Soundclashs sur notre page Facebook tous les mercredis à 11h !
Co-animateur radio sur Raje (et j’adore faire des conducteurs d’émission sur Excel !)

Merci de nous suivre et nous liker ❤️