Webzine musical sans frontière

bannière du média/webzine Le Sac à Son
Playlist - 10 ans de paloma

❤️10ans de Paloma❤️

By La redac’son

Suivez-nous sur nos différents réseaux:

La Playlist You Tube

Cliquez sur le logo pour écouter la Playlist sur Spotify ou Deezer

Dans quelques jours, nous allons fêter les 10 ans de Paloma. C’est l’occasion pour nous à la redac’son de revenir sur nos souvenirs de concerts, nos belles découvertes. Paloma a été une révolution dans nos vies de musicophiles. Il faut le dire, avant Paloma, c’était un peu le désert musical à Nîmes. Quand la salle de musique actuelle (S.M.A.C) de Paloma est arrivée, on ne savait pas vraiment quelle allait être son orientation musicale. Mais son inauguration en septembre 2012 a présagé de choses plutôt cools avec la présence de la légende DJ Shadow et du merveilleux groupe de rock The Rapture. Au fur et à mesure des années nous avons compris l’incroyable chance pour nous de vivre à coté d’une salle aussi éclectique musicalement que dynamique. Nous souhaitons remercier toute l’équipe depuis ses débuts à aujourd’hui pour son engagement et son travail.

L’aventure du Sac à Son est intimement liée à celle de Paloma car c’est dans ces murs qu’a germé l’idée de créer le webzine Le Sac à Son. La programmation depuis 10 ans n’a cessé de nous enthousiasmer et de nous faire rêver. Chaque membre de l’équipe a choisi quelques artistes selon les thèmes suivants : Coups de cœur concert, découvertes en live, Coups de cœur This Is Not A Love Song (T.I.N.A.L.S), le festival des musiques indés à taille humaine créé à Paloma et qui a existé de 2013 à 2019 pour notre plus grand bonheur.

Aïna

Depuis sa création, Paloma c’est un peu ma deuxième maison. La 1ère fois que j’y suis allé, c’était pour ma réunion d’inscription en décembre 2012 en tant que bénévole. À ce moment, je ne savais pas à quel point cette salle allait révolutionner mon quotidien. Ça fait 10 ans maintenant que j’y suis bénévole et j’y ai rencontré plein de gens cools qui sont devenus aujourd’hui des amis. Pour moi, si je devais décrire la programmation de Paloma en 3 mots, ce serait : audacieuse, pointue, éclectique.

Le choix des morceaux a été un véritable casse-tête et j’ai dû m’y reprendre une centaine de fois.

Coups de cœur :

  • Charles Bradley est incontestablement mon plus gros cœur car déjà, qui aurait cru qu’il viendrait à Nîmes, lui chanteur de Soul venant de Brooklyn, à New York. Son concert m’a tout simplement bouleversé tant la prestation était généreuse et puissante. Un chanteur à l’énergie brute, intense et poignante. On était 450 privilégiés dans le club de Paloma. Un moment précieux que j’ai eu la chance de vivre.
  • Antibalas est un collectif d’afro-beat-funk-soul made in Brooklyn. Avec une section rythmique de feu, des mélodies ardentes aux cuivres et synthés, le collectif nous a tout simplement hypnotisé. Une puissance rarement vu qui nous a marqué pour longtemps.
  • Fauve est arrivé de nulle part et nous a emportés avec leurs textes parlés plus que chantés, leurs mélodies indie rock douces et entêtantes. De les voir en live n’a fait qu’amplifier notre engouement. Un concert d’une intensité renversante. On avait en tête l’idée simple que l’Amour peut rafler la mise dans ce monde bizarre.

Découvertes :

Quand je vais en concert, il m’arrive souvent de ne pas connaitre ni le groupe ni le projet. J’aime bien découvrir en live et être surpris. Voici mes belles surprises.

  • Un des concerts qui m’a le plus marqué et celui de Nils Frahm sans aucun doute. Nils Frahm est un musicien compositeur et producteur allemand. Basé à Berlin, il mélange la musique classique et la musique électronique à travers une approche originale de l’utilisation de ses instruments. Un moment magique et intemporel.
  • Un autre qui m’a beaucoup impressionné et touché est le projet Darkside. C’est un groupe de musique électronique formé en 2011 par le musicien Nicolas Jaar et le guitariste multi-instrumentiste Dave Harrington originaire de Brooklyn. Un live puissant et intense qui m’a laissé sans voix.
  • Inspector Cluzo, c’est une double découverte car j’ai eu la chance de les voir à T.I.N.A.L.S dans leur version rock et après en acoustique pour Brothers In Deals -We The People Of The Soil – Unplugged. Inspector Cluzo est un groupe de fusion, groove, rock, formé en 2008 par Laurent Lacrouts à la guitare et Mathieu Jourdain à la batterie. Un groupe avec une énergie débordante et contagieuse avec une musique authentique et enivrante.

T.I.N.AL.S :

Le festival T.I.N.AL.S est l’apothéose pour nous en terme de découvertes. Une programmation pointue mais éclectique.

  • Fontaines D.C est un groupe post-punk irlandais de Dublin, formé en 2017. J’ai fait partie des chanceux qui étaient dans le patio du T.I.N.A.L.S pour leur second passage live. Je connaissais peu le groupe, juste par les éloges de Rémi du Musight Club. Et voilà que je me retrouve devant la scène du Patio avec Fontaines DC qui balancent leurs riffs furieux. Un moment magique tant l’effervescence du public était en symbiose avec l’incandescence du groupe.
  • The Cambodian Space Project, c’est le genre de groupe que jamais j’aurais pu découvrir sans T.I.N.AL.S. C’est groupe mixte formé en 2009 à Phnom Penh, qui s’inspirait du rock khmer des années 1960-1970. Menée par Kak Channthy, il avait réveillé la scène rock au Cambodge. Leur live était tout simplement hypnotique et furieusement énergique.
  • Les Viagra Boys ont tout simplement mis le feu avec leur concert. Groupe de post-punk suédois fondé en 2015 par Sebastian Murphy et Henrik Höckert. Une énergie de malade, on a pas compris ce qui nous arrivait. Un ras de marée post punk avait décidé de nous mettre à l’envers et c’était chose faite. Une belle découverte scénique.

Jérome

A Nîmes, l’arrivée de Paloma est une bénédiction à plusieurs titres : plus de concerts à proximité évidemment, mais aussi les rencontres. Parmi elles : Lëa grâce à qui je rencontre Aina, puis Roxane, Thomas … et donc l’aventure Sac à Son. Paloma a son instance de communication avec le public, la C3 que j’intègre, ce qui renforce encore plus le lien avec cette salle. En découle une nouvelle rencontre : les copains du Musight Club, asso nîmoise de passionnés de musique.

Heureusement, pour le choix des titres, on a des souvenirs de concert en commun, ça permet de placer encore d’autres artistes !

Coups de cœur :

  • un des plus beaux concerts, les plus émouvants, date de juin dernier, c’est celui de Cat Power. Folk, rock dépouillé et de plus en plus habité d’esprit blues et soul. Et pourtant, j’ai failli ne pas y aller, déçu par son passage seule sur scène à Tinals quelques années auparavant. D’ailleurs, c’est assez fréquent de prendre de bonnes claques par surprise à des concerts auxquels on ne croit pas forcément a priori.
  • Sophie Hunger rockeuse suisse, des touches d’electro, de jazz, entourée de musiciens exceptionnels. Une première partie dans la grande salle et pourtant un des moments les plus forts vécu à Paloma, tellement fort que le groupe qui jouait après n’a pas réussi à me retenir. Je suis allé dans le patio boire des coups. Magie de Paloma, je suis tombé sur des musiciens de Sophie Hunger avec qui j’ai pu discuter.
  • En parlant de rencontres avec les musiciens : une autre super sympa avec les musiciens de Sinkane dans le couloir cette fois à cause de la pluie automnale qui sévissait. On était réchauffé, on venait de vivre dans le Club un concert des plus planants, en bande, à danser sur leur groove sans frontière imparable et leurs envolées psyché.

Découvertes :

  • Monophonics s’impose comme une évidence. Jamais entendu parler de ce groupe avant sa programmation à Paloma en 2016. Un concert à 6€. J’écoute un peu avant. J’accroche et le concert confirme puissance mille. Tout le monde sort conquis par l’énergie rock, l’émotion soul et la ferveur gospel de Kelly Finnigan et sa bande. Le groupe est revenu cette année, toujours aussi jouissif !
  • Le club encore avec une triple affiche pointue : Wiiliam Z.Villain, James Hunter et Jake LaBotz. Rock old school, blues déglingué, soul, rythm’n blues. La chance de pouvoir découvrir de tels artistes évoluant en marge des gros courants.
  • une soirée New Orleans dans la grande salle : la grosse fête avec Tank & The Bangas, hip hop, soul, funk, r’n b rejoint pour un final de feu par le groupe qui ouvrait pour eux, Sweet Crude. Ce genre de choses devenues tellement rares, on savoure encore.

T.I.N.AL.S :

  • dans le club l’énergumène Har Mar Superstar pour un show de retro soul incroyable d’énergie. Du groove, de l’humour et tout le monde sort aussi lessivé que lui qui finit le concert en slip, chantant tout en faisant le poirier !
  • Idles dans une grande salle archi bondée pour une performance punk rock totalement furieuse.
  • Impossible de ne pas citer Johnny Mafia. Le quatuor rock bourguignon rentrait dans toutes les catégories tellement on les a vus à Paloma. Mais je garde en mémoire la clôture du Tinals 2019 dans la grande salle, le pogo d’Aina, Olivier … Apothéose finale pour ce qui sera la dernière édition mais on ne le savait pas encore.

Roxane

Arrivée plus tardivement que la bande de copains sur Nîmes, je n’ai eu que très peu d’occasions de faire la fête à Paloma. Mais j’ai été marquée par l’ambiance bon enfant, et la grande convivialité de ce public pour la plupart très assidu. Et on y prend vite ses marques !

Coups de cœur :

  • Sleaford Mods of course ! C’était la première fois que je voyais le beatmaker (Andrew Fearn) se déhancher et faire autre chose que lancer la bande son et boire des 16 ! Je valide cette nouvelle marque de fabrique !
  • Thee Oh Sees ou Osees ou Ohsees ou … Bref, une énergie de dingue, un John Dwyer en sueur, un public conquis.

Découverte :

  • 2019, Caroline Rose n’était pas ce que j’attendais spécialement sur le T.I.N.A.L.S. J’avais écouté un titre rapidement, et je n’avais même pas noté l’horaire de passage. Mais j’ai été complètement happée par l’énergie du groupe, les titres en live ont pris une dimension impressionnante.

T.I.N.AL.S :

  • Évidemment l’instant chair de poule avec James Blake. Pour sa voix soul, ses mélodies au piano mixées aux basses d’une électro surpuissante, celles qui te prennent bien le ventre. Un grand moment frisson.
  • Et petite mention spéciale pour le dj de cette incroyable after dans le patio ! Son mix a provoqué une vague de chaleur telle que tous avions fini sur le comptoir du bar à danser. Chapeau !

LËA

Paloma… Une belle et folle aventure ! Depuis l’ouverture de la salle, en septembre 2012, je traine dans ses couloirs… Je passe des heures à parler aux gens qui passent par ici aussi et j’y suis bien. Tellement, que je ne sais plus si Paloma est ma deuxième maison ou ma maison principale. J’y travaille depuis janvier 2014 pour mon plus grand bonheur.
Grâce à ce lieu j’ai rencontré des gens extraordinaires avec qui je suis heureuse de partager régulièrement des moments de ma vie aujourd’hui.

Coups de cœur :

  • Énorme coup de cœur pour le concert de Gaël Faye ! C’est le faya dans la Grande salle ! Je trouve tout le monde beau, souriant, la salle est pleine de bonnes énergies.
    Les mots de Gaël Faye, la voix et la guitare de Samuel Kamanzi, les machines de Louxor et les mélodies et la trompette de Guillaume Poncelet… Ce mélange ne pouvait promettre qu’un instant magique.
  • On reste un peu, beaucoup dans l’émotion avec le concert de HER, en Grande salle aussi. Victor Solf est déjà sans Simon Carpentier sur scène à ce moment là mais on a l’impression qu’il n’est pourtant pas très loin… J’aime ce groupe depuis longtemps mais c’est la première fois que j’ai la chance de profiter d’un de leur concert. Les yeux pleins de larmes et le cœur plein d’amour à la fin de celui ci, je décide de retourner voir un concert la semaine suivante à Marseille.
  • Comment ne pas vous parler de PONGO ! Concert dans le Club cette fois-ci (mon endroit préféré à Paloma). Ce projet c’est 50% de musique et 50% de sport ! On donne tout sur ces sons de Kuduro !

Découvertes :

  • Mon premier concert en Grande salle à Paloma : Shaka ponk ! J’ai fais les 2 concerts, 2 soirs de suite. Je me suis dis immédiatement que j’allais vivre beaucoup de choses folles dans ce lieu !
  • J’ai entendu parlé toute la journée de ce groupe dans les rues de Nîmes, je vais donc faire la curieuse dans le Club le soir et là… Wahou ! Carpenter brut m’offre une belle surprise rock !
  • Encore du rock avec Last train, que je loupe souvent, mais cette fois, je vais devant ce concert en Club et c’est une très belle soirée !

T.I.N.A.L.S :

  • Lizzo : Wahou !! Cette femme qui retourne la Grande salle juste parce qu’elle est là ! Sa voix aux airs un peu R’n’B, sur des sons Hip-hop et pop donne envie de danser jusqu’au bout de la nuit ! Et c’est d’ailleurs ce que l’on a fait.
  • Sur une jolie scène à l’extérieur de Paloma, pendant le festival, je prends 10 minutes pour aller voir Delgrès. Ce trio blues, rock m’emporte complétement. De l’émotion, des sourires et du talents… C’est un recette qui fonctionne !
  • Un beau moment électro avec Moderat, voilà ce que m’a offert la grande scène extérieur du site de T.I.N.A.L.S. C’est un projet que j’avais l’habitude d’écouter avec les copains / copines en soirée et là, se retrouver devant cette scène, tous ensemble… C’était beau. On était juste heureux d’être là pour partager. Un moment un peu suspendu…

Écrit par :

L’équipe Sac à Son, c’est d’abord une histoire d’amitié et de fête ! La musique est notre passion. On partage avec vous nos Coups de Cœur, du groove sans frontières !

Please follow and like us:
Pin Share