Chargement

Sunday # Morning : Kepa, le remède contre le blues de la rentrée

Aujourd’hui on vous fait découvrir un artiste bayonnais : Kepa (Bastien Duverdier pour l’état civil).

Résultat de recherche d'images pour "kepa musicien"

Ce trentenaire est tombé dans le blues sur le tard, par accident, presque au sens propre !
Skateur professionnel jusqu’en 2013, une blessure au dos le contraint à abandonner sa carrière. Pendant sa convalescence forcée, c’est en écoutant la guitare métallique (Dobro) du bluesman Bukka White que la révélation se produit.


Kepa se met alors à la musique (guitare, harmonica, composition) en autodidacte ; il devient homme-orchestre même puisqu’à cela s’ajoutent les percussions. Sa source d’inspiration c’est le blues rural, du Sud profond, qu’il s’approprie pour en donner sa version qu’on peut qualifier de puissante.
Il sort un premier album acoustique fin 2013 : « No goat cheese« .
Euh il apprend vite le garçon ?!

Les premiers concerts arrivent jusqu’à se faire repérer pour une première partie de Gregory Porter en 2015 à l’Olympia, ce qui va amplifier le phénomène.
Nouveaux albums, les tournées deviennent mondiales.
Un titre illustre bien ce passage du skate au blues : « Empty Pools » avec  le son de la planche en intro.

Un petit clip de 2015 : « Only oh »

En 2017 Kepa est lauréat du XL tour-Smac des Landes, ce qui lui permet de bénéficier d’un dispositif d’accompagnement de deux ans.

En 2018 bim ! L’album Doctor Do Something (Haïku records/la Baleine) sort, produit par Taylor Kirk (Timber Timbre) excusez du peu.
Et là on prend une grosse claque. L’alchimie entre les deux univers est parfaite. Le chant a évolué, la palette s’est élargie, on découvre un vrai crooner.
L’alternance de climats fait merveille : énergique, lumineux  mais aussi plus sombre et mélancolique (oui c’est blues quand même !). C’est aussi rock old school.

Exemples : le clip de « Doctor do something  ! »

Et le superbe instrumental « Don Pietro ».

L’album est à découvrir, les précédents aussi d’ailleurs !

Cerise sur le gâteau : les potes du Musight Club nous ont calé sa venue à Nîmes au lavoir du Puits Couchoux (chouette lieu en plus) le vendredi 6 septembre à 18h.

L’image contient peut-être : texte

Le lien vers l’événement est ici. 4€ seulement ! Pour acheter son billet c’est !
Impossible de ne pas venir découvrir l’énergumène sur scène.
On y sera, on vous aura prévenus, aucune excuse ne sera tolérée.
Donc à vendredi, d’ici là vous pouvez écouter Kepa en boucle pour être au taquet et combattre le blues de la rentrée.

Texte : Jérome Pifunk
Photo de couverture : Agnès Lortho