Chargement

Sunday # Morning spécial Tinals 2019 : Caroline Rose

S’il y a quelque chose qu’on ne peut pas enlever aux programmateurs du Tinals, c’est qu’ils savent mettre les femmes talentueuses sur le devant de la scène. Pas programmer par équité. Pas entrer dans la vibe du marketing féministe. Non. Simplement donner une juste place aux meufs qui font de l’indie et qui le font bien. Sans s’attarder sur leur genre. Programmer des gens et pas des genres.

L’édition 2019 du This is not a love song n’échappera pas à cette règle. Il y aura bien sûr Courtney Barnett. Mais aussi Lizzo, Pinky Pinky, Rico Nasty, Tomberlin, Aldous Harding, Yaeji, Lou Doillon, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Chai, scusezsijenoublie. Sans compter les meufs qui bossent avec des mecs : Le SuperHomard, Rinocerose, Warm Drag, Dirty Projectors, Men I Trust. Bref, c’était tout un programme dans le programme.

Bon, tu t’en doutes, j’suis pas là pour te faire un pamphlet féministe. Non, le Sunday Morning, c’est l’endroit du coup de cœur. Y a donc une nana dont il faut que je te parle. Elle s’appelle Caroline. Caroline Rose. Elle jouera jeudi 30 mai à minuit sur la scène Mosquito. Ouais, babe, c’est elle qui t’emmènera dans la nuit, vers le vendredi. Si t’es un(e) accro des réseaux, t’as sûrement vu sa photo de promo. Veste adidas rouge. Vingt clopes dans la bouche à essayer de les allumer, le regard blasé dirigé vers l’horizon.

Classée ambiance « pieds dans le sable » par nos amis de Paloma, Caroline Rose enverra son indie pop entraînante dans les lueurs de la nuit. Mon conseil si la langue de Shakespeare ne te fait pas peur, pay attention to the lyrics. Elle a des choses à te dire. Parfois à crier haut et fort. Parfois à susurrer. Toujours en beauté déjantée.

Alors on se retrouve jeudi 30 mai à minuit. Scène Mosquito. Dans la chaleur humaine.

Texte : Jessica

Photo : Olivier Scher